Accueil
 
Association

-Fonctionnement
-Bilan des actions

Adoptions

-Chats à l'adoption
-Chats adoptés

Chats perdus / Chats trouvés
 
Chats libres à Parrainer
 
Comment nous aider
 
Partenaires
 
Parrainage
-ChatsFAàParrainer
Conseils pratiques


-Santé-Prévention
-Dangers Ménagers
-Choses auxquelles on ne
pense pas

 

La Boutique
 
Catalogue
Boutique de l'Ecole du chat
 
Livre d'or
 
Souvenirs
 
Liens
 
Archives
 
Actualités
 
Bulletin d'adhésion et dons
 
Nous contacter


Dernière mise à jour

15.07.2017

Les chats et leurs nourrisseuses

Voici deux histoires qui relatent le rôle important des "nourrisseuses" de site dans la vie des chats libres.
- Flocon

J'étais un chat bien seul sans maison jusqu'au jour où je suis entré dans un jardin sur la pointe des pattes pour ne pas me faire repérer. J'étais sale, maigrichon et triste.
Dans ce jardin j'ai repéré d'éventuels copains mais surtout j'ai découvert des choses à manger moi qui avait si faim. En plus, à ma grande surprise, personne ne m'a chassé.  J'ai mangé mais je suis vite reparti de peur qu'on me fasse du mal. Cela a duré quelques mois. Un jour, derrière un grillage, j'ai senti une odeur de poisson. Je me suis approché de la gamelle qui sentait si bon et "clac" me voilà enfermé. Une dame m'a emmené chez le vétérinaire pour me faire stériliser et voir si j'étais en forme. J'avais très peur. Mais, vite je me suis retrouvé de nouveau à l'air libre.

La dame que j'appelle ma "nounou" m'a donné le nom de "flocon" car je suis tout blanc avec des poils longs et des yeux dorés.

Au début, je restais au loin quand je la voyais mais comme elle semblait ne pas me vouloir de mal, petit à petit je suis devenu plus hardi et je me suis approché de la maison. Elle m'appelait par mon nom et voulait me caresser. J'ai mis du temps avant de la laisser me toucher. Les copains eux aussi étaient sympas avec moi.

L'hiver, ma "nounou" installe des abris pour que mes copains et moi n'ayons pas froid.

Aujourd'hui, je n'ai plus peur du tout. J'ai élu définitivement domicile dans le jardin. Les copains me tiennent compagnie, je n'ai plus faim et je ne suis plus triste. Quand la porte de la maison est ouverte, je risque une patte, puis les quatre. Je laisse même ma "nounou" me brosser de temps en temps pour que mon poil ne soit pas trop emmêlé.

Voilà, après un départ difficile dans la vie, je suis un chat qui serait complètement heureux si un maître voulait m'adopter.

Câlins, Flocon.    

Flocon a son arrivée sur le site de nourrissage. Le même après quelques mois de bons soins.
- Karamel

Je suis âgé de 3 ans (estimation vétérinaire), j’ai passé ma jeunesse dans un quartier difficile où je servais plus de cible aux enfants que d’être un gentil compagnon. J’ai du appartenir à quelqu’un car je suis gentil, câlin, ronron à souhait et malgré tout, sans aucune rancune envers la gente humaine.
Étant sur un site où pas mal de congénères comme moi s’y trouvaient, l’association a décidé, entre autre, de nous faire stériliser -le but de l’association- mais aussi de nous déplacer et de nous mettre sur un autre site bien plus calme auprès de personnes âgées.
Mais le déplacement est toujours un gros problème car le chat, comme vous le savez, est territoriale et n’aime pas quitter son territoire même s’il y rencontre des problèmes.
J’ai disparu de mon nouveau territoire pendant plus d’un mois, et un jour j’ai “repointé” le bout de mon nez, ce qui n’a pas été le cas de mes autres copains.
Il y a à peu près 3 semaines, une des nourrisseuses m’a aperçu et m’a vu dans un sale état, tout dépoilé. Comme je suis un chat sympa, elle a pu m’amener chez le vétérinaire qui n’a pu que constater que j’avais déclenché une dermite milliaire due aux puces. Une piqûre pour éviter que je me gratte et le tour est joué, il faut surveiller que je ne me gratte plus et attendre que mes poils repoussent.
Quelque part, je remercie ces vilaines puces, car c’est un peu grâce à elle que mon histoire se termine bien. Ma nourrisseuse qui n’avait pas coeur à me remettre à la rue, a appelé la Présidente pour savoir ce qu’on pouvait faire pour moi. Une bénévole étant sur place s’est proposée de m’accueillir chez elle le temps de trouver une solution. Elle m’a trouvé tellement gentil que le soir même elle faisait une vidéo de moi qu’elle mis en ligne le lendemain.
Pas eu le temps de m’habituer que 3 jours plus tard je partais pour une vraie vie de famille. Cécile, ma nouvelle maîtresse, m’a vu sur Facebook et a craqué.
Et là, je dis que Facebook est utile quand on l’utilise bien.
Merci Eliane, Merci Annick,  Merci Liliane, Merci Cécile et Merci les puces.

KARAMEL

haut de page